Torres Del Paine et la ville voisine Puerto Natales

Débarquement au port de Puerto Natales. Sac sur le dos après 1 mois et demi sur la mer. Que faire? Randonner à Torres Del Paine bien évidement .
Toute une réorganisation à mettre en place. Des occupations à trouver… Et se détendre.

Conseils pour dormir à Puerto Natales :

A voir absolument proche de Puerto Natales:

Torres del Paine
  • Rando journée: si pas le choix
  • Circuit W recommandé: durée 5 jours avec tente et nourriture – Difficulté moyenne à supérieure
  • Grande boucle 7 à 9 jours: Bons marcheurs – équipement neige requis. Se renseigner au préalable.

Entréee du parc national environ 20 à 25 euros par personne
Départ matinal en bus depuis Puerto Natales
Plus de renseignements cliquez ici

Puerto Natales

Une demi-journée pour vous balader au port et profiter de l’ambiance de ce grand village austral suffit.
Sur la place centrale, Plaza de Armas de Puerto Natales, se trouve un petit salon de thé à l’anglaise. Le lieu est très agréable et la nourriture organique est de bonne qualité. Maheureusment, j’ai oublié le nom.

 

 

 

Récit de Puerto Natales et Torres del Paine

23 novembre 2014
Phrase du jour en Patagonie:
“Pour partir faire un long voyage, le plus dur est de franchir le pas. La suite, c’est que du bonheur.”

Fin des canaux de Patagonie par le Beagle et le Magellan:

Je garde un super souvenir du canal Beagle et du canal Magellan où le silence et la beauté des paysages font ressentir une sensation de bien-être profond, de paix et de sérénité comme au milieu d’une montagne ou du désert.

Le climat, la mer, les vents et les reliefs gigantesques sont une démonstration de force de la nature. A côté d’elle on se sent à la fois vulnérable, tout petit et protégé par les murailles rocheuses. C’est le bout le plus austral de la cordillière des Andes.

Il faut faire preuve de patience pour naviguer dans les canaux. On lève l’ancre des abris que si le vent, la météo et la marée le permettent. L occasion ne se présente pas tous le jours et parfois il faut partir un peu avant le lever du soleil.

Dans cette région du monde où peu de personnes s’aventurent, on se croit seul. Mais en réalité une multitude d’habitants peuplent l’eau et le ciel. Ainsi nous avons eu le plaisir d’admirer les pingouins, les dauphins, les lions de mer d’un côté. Et les albatros, les pétrels, les goélands au-dessous de nos têtes. Toute cette vie est splendide et il se passe toujours qqch lors de ces agréables rencontres.

 Au mouillage, nous avons croisé des pêcheurs. L’occasion de manger du poulpe et du centolla, le crabe géant de Patagonie. Et nous avons passé une soirée animée et bien arrosée sur les bateaux.

Dès que le temps le permet, nous faisons des excursions. Alors que le bateau est amarré dans des abris magnifiques. L’un d’entre eux était magique. On se serait cru dans le voyage de Gulliver. Tout était petit sur l île: les arbres, les collines, les lacs. Nous avons profité quelques heures de marcher tel des géants sur un coussin d environ 30 ou 40 cm de végétaux. Les pieds qui s’enfoncent à chaque pas sur un bruit de floap, floap. Un biologiste aurait pu travailler plusieurs heures sur chaque mettre carré.

En arrivant à Puerto Natales, nous avons admiré les dernières îles, les derniers glaciers et animaux de mer avant de débarquer au port.

Cliquez ici pour lire l’article consacré aux canaux de Patagonie en voilier

Trekking à Torres del Paine depuis Puerto Natales

Après la solitude des magnifiques canaux de Patagonie, poursuite du chemin par les terres. Le retour à terre est un peu déroutant. La vie est plus animée. Il faut redoubler d’effort pour parler un peu espagnol. En fin de compte on s’y fait vite. Deux bonnes journées de repos et hop on part visiter le parc Torres del Paine.

Le parc national est renommé. Et lorsque vous apercevez ses montagnes depuis la pampa, inutile de vous dire que vous comprenez pourquoi. Le gros roché au milieu du désert est surplombé de 3 tours de 2000m. Le relief stock l’eau sur son glacier et ses lacs à quelques centaines de mètre d’altitude.

Lesson de voyage numéro 1, bien s’équiper:

L’expédition est préparée minutieusement pour notre première expérience de 5 jours d’autonomie et de trek en montagne.

Seulement nous sommes en novembre et nous apprennons à nos dépends que c’est le mois des pluies nocturnes diluviennnes. Autre erreur de débutant, nous sommes partis trop chargés. Pour les prochaines fois, nous laisserons les bières à l’auberge de jeunesse. Nous éviterons les pains entiers et autres pour les sandwich, au profit de riz et pate avec champignons et légumes séchés. Des lentilles ou des pois-chiche Et nous privilégierons les fruits secs aux fruits entiers.

Erreur de débutant! Nous avons surestimer la difficulté d’une randonnée. Et oui, après tout marcher, c’est facile. On le fait tous les jours 🙂 Et bien pas temps que ça…

Ascension aux 3 tours de Torres del Paine:

Les permières heures de plats, le soleil tape et nous avons les yeux fixés sur les pics: notre objectif de la journée! Après 1 ou 2 h de marche, nous commençons l’ascenscion. D’abord dans les graviers et la terre. Puis petit à petit, un arbre par-ci par-là et le décors verdis.

Les pentes au pied des falaises sont resplendiscentes de fleurs violettes qui contrastent avec le vert émeraude, la terre jaune et les lacs bleus turquoises. La vue est magnifique.Le chemin traverse un pont suspendu puis un refuge. Certains trekkeurs ce sont installés pour camper, manger au restaurant ou simplement partager leur pique-nique sur une table au bord du ruisseau.

Après la pause déjeuner, nous marchons encore une heure ou deux jusqu’au camping où nous installons notre tente et laisson nos affaires. Allégés, nous nous empressons de monter au pied des tours.Environ 45min d’ascension nous conduisent au-dessus de la limite de végétation. La pente est rude et le vent déséquilibrant. Il est si fort, qu’une femme de 40 ans se tord la cheville devant nous. Elle sera rappatriée par les secours.

Enfin le chemin qui sillone à tavers les rochers débouche sur une lagune bleue turquoise. Nous levons les yeux et devant nous se trouvent les tours incroyables. Par moment, les nuages poussés par le vent restent accrochés. Il est si fort qu’il soulève la poussière au dessus de la lagune. Elle gifle alors nos joues et pique les yeux avant que nous ayons le temps de les fermer. Il fait froid et nous restons un moment à contempler le lieu avant de nous abriter derrière des rochers.

Retour au campement en contre-bas des Torres del Paine:

Nous préparons nos sandwich alors que les trekkeurs exérimentés, se font chauffer des pâtes “Bolino” ou autre à cuisson rapide et légumes déshydratés. Nous faisons les malins et des envieux avec notre bière fraîche en récompense d’une dure journée de marche. Il faut dire que ce petit plaisir nous a coûté un effort phénoménal et une belle session d’étirements. Et nous commençons à nous dire qu’il faudra un bon sommeil pour nous remettre de cette première journée.

 

 

Torres del Paine, la nuit la plus froide:

Dès le soleil couché, la température a dégringole. A partir de 11h, les éléments naturels se déchaînent. Toute la nuit, le vent et la pluie fouettent la tente. Elle prend l’eau par en-dessous. Des gouttes nous tombe dessus à travers la toile du plafond. Froid et humidité: le top. Nous sommes transformés en glaçons!

Nous avons eu de la chance de profiter d’une journée ensoleillée. Et de découvrir des paysages variés avec des rochers marqués de stris, des cascades, des ruisseaux, des lacs d’un bleu presque turquoise, des condors, du sable, etc. La balade est des plus impressionnantes. Et nous avons des heures pour ressaser cette magnifique marche.

A présent, c’est l’horreur. Nous nous serrons tous les 3 commes des sardines. Nous sommes habillés avec notre équipement de voilier à l’intérieur de notre duvet. Et le froid nous fait claquer des dents. Impossible de fermer l’oeil. Le temps a ralenti. La nuit est interminable… Jusqu’au levé du jour.

Enfin vers 6h du matin, la nuit s’éclaircit et réchauffe la tente. Nous sommes exténués. Cette expérience à refroidit nos ambitions de trekkeurs.

Retour anticipé à Puerto Natales:

Deuxième jour au parc Torres del paine. Heureusement que nous avons débuté directement par l’ascension au pied des Torres del Paine. Nous avons vu le principal. Alice redescend dès le matin prendre le bus pour rentrer au chaud à l’auberge de jeunesse.

Avec Ronan, nous sommes retenus pas le décor et prolongeons la randonnée jusqu’au bus de 20h. En chemin nous rencontrons des marcheurs sympathiques qui nous racontent comme leur trek était formidable. La beauté du parc nous a ensorcellé. Et c’est avec un pincement au coeur que nous rejoignons Alice chez Gloria.

Hostal Gloria, c’est le nom de notre hôtel et de sa matronne. Cette femme d’une soixantaine d’années est douce, dynamique, attentionnée et souriante. Son auberge est à son image. Il règne une ambiance chaleureuse et familiale. On a tous l’impression d’être chez notre grand-mère. Elle vie sur place avec son fils d’une quarantaine d’années et son mari.

Départ de Puerto Natales:

Après le départ imprévu du bateau, ce refuge chez Gloria nous a permis de répondre à la question suivante: “comment continuer ce fabuleux voyage?” C’est une question commune avec une réponse individuelle. Et nous allons passer à l’étape suivante tous ensemble vers El Calafate et le Glacier Perito Moreno.

Retrouvez retrouvez mes récits de voyage en cliquant ici

Pour vous équiper pour votre voyage et éviter nos erreures de débutants, cliquez ici

Pour retourner à la page d'accueil, clquez ici

 


Reno

Passionné de voyage et de rencontre, je suis parti avec mon sac-à-dos sur les épaules en septembre 2014. Depuis lors, j'ai expérimenté de nombreuses expériences de voyage que je souhaite partager avec vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Partagez
Enregistrer
Tweetez
+1